Image

Artiste en résidence Jean Guillaume Le Roux

Jean Guillaume Le Roux

Cette année sera celle de l’art numérique. Jean-Guillaume Le Roux nous propose, au travers de « 19ème cycle » d’observer la révolution digital par le prisme historique de la révolution industrielle et le post-industrialisme.

En effet, ce dernier terme est utilisé en sociologie pour définir la mutation de notre société d’une économie secondaire, basée sur la transformation de matière première, à une société de service dite tertiaire. Cette société du service est celle du digital et comme le fut l’avènement de l’industrie, elle est perçue comme une révolution. C’est un contexte de mutation profonde des modes de vie, un contexte de transformation technologique, une épistémè.

La volonté d’observer le parallèle entre ces deux épistémès vient du constat empirique que le monde de l’art se transforme comme il se transforma au 19ème siècle. Il est prégnant qu’à cette période un retour vers un art stable, connu, s’est opéré. Le temps de l’industrie s’est tourné vers l’art gothique, comme la renaissance c’était tournée vers l’art de l’antiquité gréco-romaine. En France, c’est l’époque de Viollet Le Duc et de sa « cathédrale idéale », celle des cités industrielles anglaises, le retour de l’arc brisé, de l’ornementation architecturale, de « la dentelle de fer », c’est le néo-gothique.

Parallèlement à la théorisation du post-industrialisme, les années 70 virent réapparaître un mouvement culturel fort, ceux que l’on nomme « Les » gothiques. Musique métal dans les oreilles et jeux vidéo dans les mains, féru de dragon et de légende sanglante, le goût pour le Moyen-âge est bien de retour et il a absorbé l’ère du virtuel. Geek, gothique, neerd, no life, autant de terme péjoratif qui décrivaient une sous culture de la fin du XXème siècle aujourd’hui acquise comme pop. Les fans de Star Wars, Donjon et dragons, Seigneurs des anneaux, les amateurs de mangas, de jeux vidéos, sont aujourd’hui, développeur, codeurs, chroniqueur télé, youtubeur….ils sont porteur d’une vraie mouvance de société, ils sont à la mode; ceux qui aiment le passé. Ainsi, jamais la moustache, la redingote et les lunettes cerclé de métal non été aussi branché, c’est même hipster , stream-punk, le top de la tendance. L’industrie de la mode a saisi cette tendance et l’on voit fleurir les costumes à veste officier, les motifs dans le goût des tapisseries anciennes (biedermeier),  la belle époque se ré invente sur les podiums des défilés, le 19ème siècle est furieusement contemporain.

C’est dans ce contexte de mouvement de fond qu’est née cette idée d’exposition « XIXème Cycle », l’histoire se répète sans cesse dit on, mais ici le contexte est une mutation profonde que l’on sent bien. Le digital et le virtuel transforme l’homme et les termes d’anthropologie virtuelle, de post-digital, nous font prendre conscience de la transformation que nous commençons à peine à ressentir. Le XXIème siècle sera post-industriel et se régalera de madeleine de Proust en s’inventant un style suranné 2.0.

Biographie de Jean-Guillaume Le Roux

La résidence durera entre le 8 et le 31 août et sera suivie d’une exposition
Le XIXème Cycle
du 1er au 13 septembre
Horaires de l’exposition : du lundi au vendredi de 12h à 18h sauf mercredi, et de 13h à 18 le samedi. Fermé le dimanche.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s